:: ♦ Premiers Pas ♦ :: Corbeille. :: Archives des présentations. Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Miles le mystérieux Barman

avatar
Invité
Invité
Ven 2 Sep - 22:25
Invité
" TAYLOR Miles




Eh ! Moi c'est Taylor Miles, et on me surnomme Ghost. Seulement pour les forces de l'ordre et les mafieux. Je suis Un solitaire, et ça me va très bien comme ça. J'ai plutôt tendance à être un mélange entre gentil, feignant et casse pieds
Je suis un Homme, même si vous le voyez et j'ai tendance à dire "En amour y a pas de races de genres ou d'idées y a que de l'amour". J'ai 35 ans et je suis née un 1er décembre.
Je suis Humain, d'origine Américaine
Je suis un ancien tueur à la solde de la mafia reconvertit en, patron de bar et mon niveau de vie est  Disons que j'ai pas mal d'argent mais un peu sale


Psst, et la personne sur l'avatar c'est ZAVEID.




" Mon physique




Quoi?! Je dois me décrire? Rah! j'ai la flemme! En plus vous avez des yeux! servez vous en! Bon! Puisque vous insistez! Attendez un instant que je trouve un miroir. Voila! Bon! à première vue, je suis un homme assez musclé de 35 ans. J'ai les yeux marrons, des cheveux couleur argent et une solide carrure.

Je mesure environ 1M90 pour 95Kg. Mon nez est assez pointu et mon regard recèle un mélange fatigué et malicieux. Ce brin de malice  dans mes yeux me donne un petit côté pétillant je trouve. Quoi?!

Je dois aussi décrire mes tatouages?! Oarf! c'est juste des tatouages un peu tribaux que j'ai fait quand j'ai fait l'armée mais est ce vraiment nécessaire de s'attarder la dessus? En même temps c'est vrai qu'ils ne sont pas banals car comme j'ai une peau assez mate et sombre, je me suis fait des tatouages clair afin qu'ils puissent mieux être vu. J'étais un peu m'as tu vu quand j'étais gamin! ça va! me jetez pas la pierre non plus! On a tous fait des folies quand on était jeune et si vous en avez pas fait et ben... votre vie dois vraiment être ennuyeuse a mourir.

Bref quoi d'autre? Oh non! Pas mes fringues! Je porte pas les même tout les jours en plus! Bon bon bon! OK! C'est vrai que je mets tout le temps des jeans noirs avec une chemise, un veston et une cravate dénoué autour du cou mais j'ai pas envie d'apprendre à nouer une cravate...... Oui mais si mes habits sentent le whisky et le cigare c'est normal.

Je fume et je bois mais avec modération Monsieur! Pas comme les petits jeunes qui fument clopes sur clopes et s'enfilent des bouteilles cul sec! Non Non Non!

Les cigares et l'alcool c'est un petit plaisir qui doit se déguster et se savourer! Même si j'ai l'air d'un rustre, je n'en reste pas moins un hédoniste doublé d'un gentilhomme. Bref je suis juste un gars affable et distingué qui aime profiter des plaisir de la vie et profiter de sa petite tranquillité.



" Mon caractère



Oh! Bravo! Maintenant je dois décrire mon mental! Non Je ne suis pas râleur! J'aime juste ne rien faire et la tu me donne un sacré travail. En fin bref!

Je me demande s'il existe une personne aussi je m'en foutiste et feignante que moi. Dans ma tête je suis à la retraite car comme l'argent n'est plus trop un problème je vois plus trop l'utilité de faire des efforts. Donc du coup je me consacre à mon petit rêve de diriger un bar vu que mon passe temps consiste à boire et fumer (surtout le cigare). J'ai pas envie de faire d'histoire donc je reste en dehors des ennuis et je ne me mêle que de ce qui me regarde.

Je suis pas vraiment un tendre non plus. Je demande pas grand chose : juste ne pas m'emm*** et pas foutre le bazar dans mon bar c'est tout.

En ce qui concerne les hybrides, perso je fait pas la différence avec les humains car je m'en contre fiche. Le seul truc intéressant à leurs sujet, c'est que c'est une main d'œuvre bon marché qui attire les clients et en plus ils peuvent travailler à ma place. J'aime même plus les hybrides que les humains pour tout dire car jamais un hybrides n'est venu me trouver pour tuer quelqu'un.

En même temps, je pense pas qu'un hybride puisse se permettre mes services. Mais personnellement je cherche pas plus loin. Je les aiment bien c'est tout car je les trouve sympa et pratique. En plus c'est un peu comme un animal de compagnie et je ne suis pas assez pourri pour faire du mal à un animal.

Le pire c'est que dans ma tête buter un mec c'est pas bien grave si tu as de bonnes raisons ou de l'argent à la clé mais faire du mal à un animal c'est un truc tellement dégueulasse que je refuserais de le faire même pour 10 000 fois mon tarif habituel.

Je suis aussi du genre à dire ce que je pense sans détours. En général je suis direct et sincère.

Oh! un truc à savoir : ne jamais me faire me répéter! J'ai horreur de ça! C'est l'un des seul truc au monde qui est capable de me faire perdre ma cool attitude.

Je suis un mec sans préjugés qui aime rester derrière son bar à faire des boissons et des cocktails et m'en jeter un petit derrière le gosier de temps en temps. J'aime pas les cris et l'agitation c'est pourquoi mon bar à une ambiance très classe et jazzy.

En bref j'aime le calme et la sérénité et tente de tout régler en mode zen sans effusions de sang et de violence car j'aime bien être tranquille.

Cependant je suis pas une peluche pour autant car j'ai tendance à être rancunier et chiant. Quand je dis chiant c'est par rapport au fait que je procrastine et délègue tout à tout le monde. Genre si une serveuse renverse une consommation, bah corvée de vaisselle ce genre de chose car si un truc passe de travers il m'arrive de faire des sournoiseries aussi.
Mais en général je suis plus feignant et gentil que méchant. On va dire un peu lunatique en fonction de l'humeur.


" Mon histoire



Te raconter mon histoire! T'est sérieux gamin?! Tu n'imagine même pas à quel point c'est hors de question........ Oh! tu m'offre une bouteille de bourbon de 20 ans d'age!! Bon au vu des circonstances je ne peux plus dire non!

*Alors que le bruit d'un bouchon suivit d'un liquide qui coule dans un verre résonne dans la pièce, une odeur acre envahit vos narines. Le monde se floute autour de vous et vous comprenez que vous êtes en train de vivre un flashback*

J'ai pas grand chose à dire sur ma jeunesse. Enfin...si! mais c'est pas vraiment une belle histoire ou il y a de la guimauve de partout et tout le monde est heureux à la fin. Au contraire c'est le genre d'histoire qui pue la pisse et le vinaigre.

C'est un peu l'odeur qui régnait en maître dans le quartier ou je vivais à Brooklyn. Vous voyez ce genre de quartier pourri ou les braves gens pressent le pas parce qu'ils ont peur de se faire agresser. Ce genre d'endroit laissé à l'abandon de tous.

Bah c'est la que j'ai grandit. Par dessus le marché j'étais affublé d'un père mafieux et alcoolique et d'une mère qui passait plus son temps sur le trottoir qu'a la maison. L'endroit est le cadre idéal pour élever un gosse.

Mon père était le genre de petit pion qui grignotais les restes du gros gâteau que se partageait les grands pontes de la mafia. Il faisait des livraisons par ci par la et quelques règlements de comptes car il était du genre à aimer cogner les gens sans défenses.

Mais quand il bossait pas, soit il se saoulait soit il tabassait ma mère si c'est pas les deux.

De temps en temps quand l'atmosphère était trop chaude pour lui, je devais faire les livraisons à sa place, mais je m'en plaignait pas car au moins je voyais plus sa sale face. Pas vraiment le meilleur quotidien mais au moins j'avais un toit et trois repas par jour. Il y a pire comme situation.

J'ai jamais aimé mon père. Mais en même temps il faisait rien pour être aimé au contraire. L'argent qu'il gagnait avec ses petites combines, il le dilapidait en course de chevaux et en bouteille d'alcool, et ma mère en faisait les frais.

Ce qui est bien avec les C*** dans son genre,c'est que l'argent facile les rends de plus en plus gourmand et de plus en plus stupide. Depuis mes 5 ou 6 ans je voulais buter ce gars et chaque jour je réfléchissais sur comment je pouvais le faire, je ne m'imaginais pas que la solution allais me tomber toute seule dans le bec. Il m'as fallu attendre mes 15 ans pour avoir cette révélation. Tant de temps perdu!

Enfin bref! Mon père, travaillait pour un mafieux local du nom de Donatucchi et il m'as fallu attendre jusqu'à mes 15 ans pour me rendre compte que mon père détournais ses livraisons et se faisait de l'argent sur son dos. Si j'avais été plus attentif en cours de math je m'en serais rendu compte plus tôt.

Toujours est il que comme j'avais fait pas mal de livraisons à la place de mon paternel, je connaissais bien certains des membres de la famille et je décida de profiter de ma découverte pour mettre mon plan à l'action. J'avais tout élaboré de A à Z tout les scénarios possible depuis que j'avais 6 ans donc je peux vous dire que j'étais bien préparé.

Je profita du fait que mon père m'envoie faire une livraison à sa place car la police le surveillait pour me rendre au QG de la famille Donatucchi avec le colis que j'étais sensé leurs remettre.

Je savais qu'au billard se trouvais souvent Gino Donatucchi le petit frère du parrain. Ce dernier m'étais redevable car je l'avais sortit d'affaire malgré moi alors qu'il avait des problème avec la police.

C'est une histoire assez cocasse qui s'est passé quand j'avais 8 ans. Mon père m'avais envoyé faire une livraison à Gino. Je l'aimais bien car à chaque livraison, il me donnait un petit billet et me caressait la tête en me remerciant. Avec ça j'allais m'acheter des cookies, suffisamment pour nourrir un régiment tu vois le genre?. Il était un peu comme un père de substitution.

Bref toujours est il que un jour après une de mes livraisons, Gino avait été repéré par la police et ses derniers lui demandait d'ouvrir le coffre de sa voiture. A contre cœur il avait ouvert le coffre qui contenait un colis, sauf qu'en fait ce jour la, je me suis trompé et je lui avait donné le carton dans lequel je rangeais mes gâteaux à la place. Bref toujours est il que grâce à ce mélange involontaire de ma part, il s'est sortit d'un mauvais pas. Depuis à chacun de mes passages, il m'adresse un sourire et me dit amicalement de ne pas oublier qu'il me doit un service.

Hors, ce jour la allait être le jour ou les comptes allaient être remis à zéros. Après lui avoir remis son paquet habituel, il me sortit sa phrase habituelle avec son légendaire clin d'oeil :

"Hey! Gamin! Oublie pas que je te dois un service!"

"ça tombe bien! J'en ait besoin d'un! Monsieur Gino J'ai besoin de voir votre frère! C'est important! J'ai des informations importantes pour lui"

Le bon vieux Gino tirait alors une expression de 6 pieds de longs. Il se gratta l'arrière de la tête et soupira :

"Un service est un service!"

Il m'amena donc dans le bureau du Don. Je n'ai jamais vu un homme avec un tel charisme. A tel point que ma gorge se serra tant je me sentais étouffé par son imposante présence. Il était bien habillé et son regard me donnait l'impression qu'il savait déjà tout ce que j'allais dire. Sa voix était grave, rauque mais majestueuse et tout en lâchant une bouffé de cigare, il plongea son regard perçant dans le mien et me demanda d'une voix sévère, juste et ferme :

On me dit que tu veux me parler petit. Mais je suis un homme occuppé alors fait en sorte que ce soit important!

A ce moment la, toute mes peurs, mes craintes, ma haine envers mon père, mes espoirs, tout cela laissa place à un grand vide très vite remplis d'un grand calme. Je sortis alors la lettre que j'avais récupéré dans la poubelle montrant que mon père n'était pas réglo avec lui et dit avant qu'il puisse la lire :

Mon père vous vole! Et pire encore, il détourne votre argent au compte de son rival.

Je ne reçu pour toute réaction qu'un haussement de sourcil, mais aucun autre muscle de son visage ne bougea.

Je me mis à transpirer, je n'était qu'un môme de 15 ans à peine après tout et j'ajouta alors la phrase qui allait changer ma vie :

Je... je veux travailler pour vous e.....et vous venger de l'affront qu'il vous à fait subir! S'il vous plait! Dis je en tremblant et en bégayant.

Un sourire se dessina alors sur ses lèvres. Il sortit alors un magnum de son veston et le posa devant moi. Je le regarda et ajouta :

J...je...Parrain....j'aurais aussi besoin d'une caisse pleine d'alcool et d'un peu du contenu du colis pour faire penser à un suicide si ça vous dérange pas.

C'est alors que j'eus droit à une vrai expression d'étonnement de sa part. Quand j'eus dit ça, son cigare à bien faillit lui échapper de sa bouche. Il le prit entre ses doit et me pointa avec son cigare et me dit :

Toi! t'est pas aussi con que ton père. Tu ira loin petit! Gino! Donne au petit ce qu'il demande.

Je lui fit un sourire timide tout en mettant le magnum dans ma veste et lui répondit :

Merci!

Même pas besoin de dire que je ne le décevrais pas. Il avait déjà deviné que j'allais réussir.

Il m'as simplement suffit de vider une partie de ce qu'il y avais dans le colis dans la bouteille et de la mettre à un endroit stratégique et bingo voila l'être que je déteste le plus amorphe et inconscient au sol. Il ne restais plus qu'a effacer mes empreintes, mettre l'arme dans sa main, le canon contre la tempe et appuyer sur son doigt pour qu'il presse la gâchette.

La police n'as pas posé plus de question que ça. Les analyses ont montrées qu'il avait de l'alcool et de la drogue en des taux très élevés dans le sang et vu que l'arme était dans sa main : Pourquoi creuser?

Mouaip! La première personne que j'ai tué au cours de ma carrière c'était mon paternel. Et personne ne m'as soupçonné une seule seconde. Ma mère elle le savait mais elle n'as jamais abordé le sujet. Le jour de l'enterrement de mon père, elle ne versa pas une seule larme et elle me fit mon gateau préféré le soir venu, et quand je l'ai remercié, elle m'as répondu : "C'est moi!" sous entendant que c'est elle qui me remerciait.

Après ça la vie était dure mais belle. Afin d'aider ma mère je faisait des livraisons pour Gino sans rien lui dire mais elle le savait car à chaque fois que je rentrais tard elle me donnait un coup de journal sur la tête en me traitant d'idiot avant de me servir mon repas.

Des que j'eus l'age, je m'engagea dans l'armée afin de ne plus être un poids pour ma mère. Je ne savais pas trop pourquoi je faisais ça mais j'avais l'impression que si je voulais m'en sortir dans la vie, je devais devenir assez fort pour pouvoir me débrouiller seul. Les premiers temps furent durs mais au final j'ai réussi à me forger moi même.

J'ai même rejoint une unité de tireur d'élite au bout de quelques années d'entrainements. L'armée m'avais appris à conduire, à me battre, à tuer mais aussi à me servir de ma tête et je comptais bien utiliser tout ce que j'avais appris.

C'est alors que j'appris que ma mère est tombée malade. J'ai alors quitté l'armée.

Cependant, je n'avais pas un sou vaillant et le traitement de ma mère était hors de prix. Je suis donc retourné voir les Donatucchi. Gino ne me reconnaissait plus presque. Il faut dire que j'étais devenu un homme depuis la dernière fois que l'on s'est vu, les années avaient passées.

Il semblais impressionné de ce que j'étais devenu et la première chose que je lui demanda, c'était s'il avait du travail bien payé. Vu que son frère avait un témoin assez gênant sur les bras il me proposa un contrat pour que je l'en débarrasse avant qu'il n'ait le temps de faire des révélations un peu trop embarrassantes.

Cela me gênait de tuer un brave gars qui essaye de bien faire mais ce sentiment fût vite submerger par la nécessité d'aider ma mère. Pour le tireur d'élite que j'étais devenu c'était évident. A l'armée j'arrivai à dégommer des canettes à 1Km de distance et Dieu bénisse l'Amérique le matériel dont j'avais besoin pour ce travail était en vente libre.

Une fois le travail terminé, je pouvais payer le traitement de ma mère et lui offrir une vie assez confortable. Mais la pauvre s'éteignit trois ans plus tard.

Ce jour la, je me suis sentis mourir à l'intérieur. Je n'avais plus de but. Le matin je me levais, et j'allais mettre une balle ou deux dans la tête d'un mec sans savoir quel était le but de tout ceci. Je ne dépensais rien, je ne faisait aucune activité, j'étais vide.

Que faire maintenant? Ou aller? Bon sang.... Le temps passa encore et je me fit une solide réputation dans le domaine de l'assassinat. La police et dans le milieu on commença à me surnommer GHOST car personne ne me vois arriver ni repartir et aucune trace de mon passage n'avais jamais été retrouvé.

Ce surnom m'allait bien car d'une certaine manière, j'étais mort à l'intérieur. Me voila trentenaire avec près de deux cent million de dollars d'argent sale sur mon compte en suisse et je n'en fait rien. Je me contente juste de tuer machinalement et d'encaisser l'argent.

J'étais un homme vide, je ne trouvais qu'une maigre consolation dans le bourbon de grande qualité et les cigares, ce qui m'horrifia car cela me donnais l'impression d'être comme mon père. Cette idée me répugnia tellement que je sortit de mon apathie pour sortir prendre une bouffée d'air.

Je n'enfila même pas de manteau pour sortir car j'avais vraiment besoin de me rafraichir. Je ne savais pas quoi faire mais il fallais que je sorte, que je fasse quelque chose Je rentra dans le premier bâtiment qui me tomba sous la main : Un petit théâtre de quartier qui jouait un pièce nommée Don Juan. J'acheta un ticket au premier rang et asseya de me changer les idées.

C'est ainsi que je découvrit le principe de l'hédonisme. Même si le spectacle était mal joué et mal foutu, le message m'as séduit. Cela avait un peu calmé le coup de stress que j'avais ressentit. Peut être que je mettrai cette idée en pratique un jour. Car même si l'idée de rechercher uniquement le plaisir des sens est attrayant, ce que je cherchais moi, c'était plus le plaisir spirituel pour remplir le vide de mon âme. Mais c'était déjà un bon début.

Je regarda l'heure..... Bientôt 6 heures du matin.... Je soupira et me dirigea vers un célèbre coffee shop que l'on à aux USA pour me prendre le plus gros et le plus massif café qu'ils ont en stock même si leurs prix sont exorbitant.

J'étais le seul client dans ce bel endroit. La serveuse était une hybride chat aux timbre de voix très apaisant. En certains points elle me rappelait ma mère, ce qui fit naitre un sourire que je n'avais jamais eu au cours de ma vie. Un sourire empreint de nostalgie et de chaleur.

Elle était sympathique. C'est alors que sont patron arriva pour lui crier après comme quoi il lui avait ordonné de ne plus parler aux clients.

Je me racla la gorge et lui demanda avec une voix éteinte par la fatigue que ce n'est pas la peine de crier car j'aimais bien sa conversation.

Elle me fit un sourire et me remercia. Se sentant humilié l'homme la tira jusque dans l'arrière boutique pour la frapper. Ses cris réveillaient des souvenirs en moi, mais je continuais de boire mon café sans bouger un muscle et lorsqu'il revint, comme un réflexe, je sortit mon arme et lui tira une balle entre les deux yeux avant de finir mon breuvage comme si de rien n'était.

Je soupira, passa derrière le comptoir et me rendit dans l'arrière boutique ou pleurait la chatte. Je posa un genou à terre et lui offrit un mouchoir et quand elle eu finit de l'utiliser, je sortis une liasse de billet et la lui donna en disant simplement : "Pardon pour le dérangement! Le café était délicieux."

Je repartis en laissant mon arme encore chaude sur le comptoir afin que le pauvre animal ne se fasse pas accuser à tord. Je pris ensuite le premier taxi que je trouva pour aller à l'aéroport et une fois arrivé, je prit juste le premier avion à partir à l'étranger, laissant tout derrière moi comme si tout ceci n'avais jamais existé.

Cinq ans passèrent depuis cet évènement. Mais cela avait déclenché quelquechose en moi. J'avais compris ce dont j'avais besoin : Une nouvelle vie le plus loin possible de l'ancienne. Graçe à mes contacts, Je me suis procuré une nouvelle nationalité, une nouvelle maison et une nouvelle vie. Je me suis acheté ce dont j'avais besoin. Un endroit tranquille ou je peux fumer, boire un bon verre et profiter de la vie.

J'ai donc utilisé une partie de mon argent sale pour construire un magnifique bar que j'ai appelé "the Greedy Jackal". Un endroit au style distingué et à l'ambiance très jazzy avec un petit style américain qui me rappelle un peu la maison.

Ces cinq dernières années m'ont appris le plaisir d'une vie paisible que j'essaye de vivre le plus honnêtement et le plus calmement possible. Car mon ancienne vie semble m'avoir oublié et c'est très bien comme ça car je n'y porte plus aucun intérêt à présent. J'ai trouvé ce qui manquait à mon bonheur entre les murs de ce bar. Un endroit calme ou je peux écouter la musique que je veux et profiter des petits plaisir de la vie.




" Et vous ?;



Dans la vraie vie, mon ptit surnom c'est Miles, et j'ai 25 ans. J'ai connu le forum grâce à annuaire de forumactif.
Ce que je pense du forum: Il est sérieusement super bien fait! Chapeau l'artiste!

Au fait, vous savez quoi ? Ben je sais c'est quoi le code du règlement 'w' C'est OK BY KHYAN
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Sam 3 Sep - 12:06
Invité
Bonjour et bienvenu ^^

Ohh un barman ** vient dans mon pub on s'amusera ♥ avec mon Dc Kyo xD
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Haruko
Ookami
♦ Messages : 133
♦ Âge : 17 bananes
♦ Localisation : Partout
♦ Humeur : Ça dépend des autres♥
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 3 Sep - 13:56
BIENVENUE :D


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Khyandii
Déconcertante Tora au Charme ravageur
♦ Messages : 688
♦ Âge : 19 ans.
♦ Localisation : Cachée ~
♦ Humeur : Rêveuse ...
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 4 Sep - 11:42
Bienvenue !

Une fiche agréable à lire, et un personnage un poil vilain, on aime ça !
Je te valide mon petit, amuse-toi bien parmi-nous.
Tu peux désormais réserver ton avatar au bottin, faire une demande de RP ou encore une demande de logement o/

Au besoin, n'hésite pas à MP Léo ou moi-même.




La fondatrice
groupie des cookies.



Présentation: www
RP: 2/2
Mes liens : www


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kyuu No Kami :: ♦ Premiers Pas ♦ :: Corbeille. :: Archives des présentations.-
Sauter vers: