:: ♦ Premiers Pas ♦ :: Corbeille. :: Archives des demandes. Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Papa ? tu veut bien etre mon papa ? [{Feat Takahiro}]

avatar
Isamu
Inu Sage et cute Dispo pour des calins.
♦ Messages : 155
♦ Âge : 18 ans
♦ Localisation : dans un coin a trembler
♦ Humeur : timide
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 22 Fév - 17:10

Isamu
&
Takahiro
Tu veut etre mon papa ?

Tremblante, peureuse et caintive .... qui te sauvera ?

La rue …. C’était ta maison … Tu n’avais de vrai maison et a vrai dire tu enviais comme détestais les personne ayant une maison, pouvant manger et boire a leurs guise…. Dormir dans un lit douillais… Avoir chaud l’hiver et pouvoir prendre de bonne douche bien chaude et des bains. Les hommes te faisait peur … bien plus que tu ne le laisse paraitre. Léo ta déjà sauver une fois derrière le restaurant ou tu avais bien failli finir en animalerie … Riku est ton namoureux et tu l’aime beaucoup, après tout il a ton âge … Sekai est devenue comme ton frère et pareil pour Yin, vous faite la paire tous les quatre. Huatu te considère comme une vrai petite sœur a ces yeux et tu la considère comme ta grande sœur aussi enfin comme ton grand frère … Euh nan oublions tout ça. Mais malgré tous ces amis que tu t’es fait depuis peu … Tu te sens toujours seule, et le froid de ces derniers jours n’arrange pas les choses…

Tu avais trouvé un bon pour des taiyaki gratuit, tu étais heureuse et allais pouvoir manger un peu. Te rendant au stand qui les vendais, il t’en offrit trois de plus que les deux d’offert pour ta jolie frimousse apeurer. Aux anges tu en prends un dans ta bouche et garde les autres dans le petit sac en papier qui te servait à les transporter avec deux trois petite serviette.

Alors que tu marchais tu remarquas un homme, un visage vide, presque sans émotion, comme si il avait eu beaucoup de problème dans la vie. Tu regardes ton sachet de taiyaki et arrive vers lui alors qu’il venait de s’assoir sur un banc, tu poses le sachet sur l’autre bout du banc et en sors un pour le mettre dans une petite serviette bleu et lui tendre timidement :

« - Les choses sucré sa remonte le moral …a…alors tenez monsieur … »

Tu ne restes pas trop prêt de lui, tu étais un peu craintive malgré ta gentillesse, une gentillesse qui ta déjà perdu auparavant mais … Il n’avait pas l’air méchant et puis … De temps en temps ça ne fais pas de mal de discuter avec un enfant pour un adulte triste. Tu restes le bras tendu jusqu’à ce qu’il prenne le taiyaki dans la main et t’assois a coter de lui et continue de manger en souriant et tirant une bouille mignonne et heureuse.

« -Les taiyaki au Nutella c’est trop bon hihi »


Isamu chuchote en#996699



blblbl je suis une licorne:
 


Revenir en haut Aller en bas
avatar
♦ Messages : 27
♦ Âge : 34 ans
♦ Localisation : Qui sait...
♦ Humeur : Morose
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 23 Fév - 12:34
Je regarde mes étudiants sortir les uns après les autres de l’amphithéâtre, avant de soupirer et de prendre appuie sur le bureau pour feuilleter les devoirs qu’ils venaient de me rendre. De ce que je pouvais lire, ils s’en sortaient plutôt bien, c’est une bonne chose, je ne parlais pas dans le vide. Je regroupe le tas de copies, et le range dans ma mallette, m’assurant de ne rien oublier. Au moins j’aurais quelque chose pour m’occuper l’esprit ce soir.
Je regarde ma montre et repense à l’invitation des autres profs. Ils faisaient une soirée de cohésion d’équipe, et quelques collègues avaient essayé de me motiver à sortir fréquemment, sentant bien que ça n’allait pas fort, mais bien que leur invitation me fasse chaud au cœur, je savais que dans mon état, ça ne pouvait se finir que de deux manières. Ou fauché à force de boire, ou aux urgences à force de boire. Et ma dignité m’interdisait ces deux situations. Peut-être que je me laisserais aller quand je me sentirais un peu mieux, et que je sais que je ne tenterai pas de lâcher la réalité pour me noyer dans la boisson, mais pour l’instant ce sera sans moi.

Mallette en main, je sors de l’enceinte de l’établissement. Mon déménagement récent m’avait rapproché de l’université, je n’avais plus besoin de la voiture, du moins par un temps si clément. Et puis c’est bête à dire mais, malgré ce froid mordant qui me faisait frissonner à chaque léger coup de vent, rester dehors à profiter des rayons de soleil qui réchauffaient ma peau en cette fin d’après-midi était réconfortant. Pourtant, aussi agréable que cela pouvait être, cela ne m’aidait pas à faire passer mes réflexions sur comment les choses auraient été si mon ex-femme avait était un peu plus courageuse. Peut-être serions-nous trois à descendre ce long boulevard commercial, en cherchant quoi acheter pour le repas de ce soir ? J’accélère le pas et m’éloigne d’ici pour trouver un endroit moins bondé, mes pas me guidant jusqu’au parc. J’avance le long du chemin, et soupire avant de m’asseoir sur un banc. A cette heure-ci il y avait encore du passage, mais l’affluence était passée depuis longtemps. Ça me permettait de profiter un petit peu du calme ambient pour essayer de faire le vide.
Les mains jointes, les coudes posés sur mes cuisses, je baisse la tête pour regarder mes mains serrées l’une dans l’autre, et inspire profondément, essayant de me calmer et de faire le vide dans ma tête. Je ne remarque pas le bruit du sachet posé à l’autre bout du banc, ni la propriétaire dudit sachet, jusqu’à ce que j’entende une petite voix et qu’un poisson n’apparaisse dans mon champ de vision. Je relève doucement la tête et la tourne un peu pour me rendre compte que c’est une petite Inu qui me tendait cette gourmandise. Elle le tenait à bout de bras, comme si elle ne voulait pas trop s’approcher de moi. En même temps, de par sa qualité de race « esclave », et de son jeune âge, je peux comprendre qu’elle me craigne. Surtout si les humains lui ont déjà fait du mal.


« Je… merci. »

Je prends doucement le biscuit, et m’efforce de lui offrir un sourire, un peu forcé et triste malgré son attention. Je la regarde s’asseoir à mes côtés, et la détaille un peu. Elle avait des cheveux marron mi-longs, un peu mal taillé, et ses oreilles s’agitaient légèrement, captant sans doute l’agitation habituelle de la ville. Son petit visage, sur lequel était ancré une expression de bonheur, laissé apparaître des joues un peu creuse, un peu semblable aux miennes… Les joues de quelqu’un qui ne mange pas assez. Si pour ma part c’est parce que je me laissais dépérir, je devine rapidement que pour elle ce n’est pas un choix… Cette société qui garde ces êtres vivants comme des esclaves marchait vraiment sur la tête. Je pose mon regard sur le taiyaki, et viens prendre une bouchée.

« C’est vrai que c’est bon… »

Insipide… Je ne trouvais aucun goût à ce gâteau. Je prends mon temps, prends une deuxième bouchée, et commence à distinguer un léger goût. Je baisse la tête en sentant des larmes couler le long de mes joues. J’ai tellement l’esprit embrumé par mes problèmes, que je ne me rends même pas compte des saveurs de la pâte de gaufre, du chocolat et de la noisette... Je les essuies d’un revers de la main, mais elles reviennent.
Non content de me faire consoler par une enfant, c’est une petite Inu qui partage son précieux repas pour un illustre inconnu… Et pire que ça, j’étais tellement pas d’humeur que je trouvais ça mauvais, alors que c’est quelque chose qui m’a été donné. Je place ma main libre sur mon visage, essayant de cacher mes larmes. Les joies de la dépression, avoir les nerfs qui lâchent à tout moment, même, ou surtout, devant un acte de générosité... Encore plus en réalisant que je n’ai pas su l’apprécier dès le premier instant. Je relève la tête et lui souris malgré les larmes que je n’arrive pas à cesser. Un sourire plus doux et sincère.


« Merci. Vraiment. »

J’essuie encore et encore mes yeux, ne m’arrêtant pas de manger. Elle avait bien raison, les choses sucrées remontaient le moral. Plus j’avançais dans mon taiyaki, moins je pleurais. Presque sans m’en rendre compte je dévore rapidement le biscuit. Je ferme les yeux en arrivant à la moitié de la sucrerie, inspire profondément, mon cœur et mon esprit s’étant calmés. Je ne suis pas heureux, j’ai le cœur lourd, mais je suis au moins rasséréné. Je m’adosse au banc et tourne la tête en la regardant avec douceur. Cette petite avait quel âge ? La dizaine à tout casser ? C’est triste d’être esclave si jeune.

« Désolé, j’ai dû te faire peur se mettre à pleurer pour un taiyaki. Mais ça a fait du bien. Tant de pleurer que de manger. Il est vraiment délicieux. Encore merci petite ange. »

J’avoue qu’avec sa petite bouille toute mignonne, et son geste limite providentiel, elle avait réussi à me calmer, donc le surnom de « petite ange » me paraissait totalement approprié. Je recommence à manger, réussissant maintenant à trouver le goût délicieux du biscuit et de la pâte à tartiner. Je savoure cette bouchée et regarde devant moi, fixant le paysage d’un regard un peu vague.

« Et comment s’appelle la petite Inu qui m’a offert cette friandise ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Isamu
Inu Sage et cute Dispo pour des calins.
♦ Messages : 155
♦ Âge : 18 ans
♦ Localisation : dans un coin a trembler
♦ Humeur : timide
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 27 Fév - 9:57

Iamu
&
Takahiro
Tu veut etre mon papa ?

Tremblante, peureuse et craintive .... qui te sauvera ?

Le visage pris par le bonheur immense de manger enfin quelque chose après tant de temps ne te fis pas remarquer tout de suite l’homme pleurant tes coter, sa simple voix t’accompagnais en mangeant. Jusqu’à ce que tu tournes la tête l’idée qu’il se mette à pleurer ne t’avais pas effleuré l’esprit la moindre seconde. En remarquant les larmes coulé sur sa joue tu comprends vite que cet homme a besoin d’aide … Besoin de quelqu’un a ces coter pour le « sauver » de cette déprime. Tu n’étais pourtant pas du genre à t’approcher des humain et encore moins des hommes … Mais lui n’avait pas l’air de vouloir faire de mal … même pas à une simple petite mouche.

Il te surnomma « petit ange », c’est plutôt mignon comme surnom, à vrai dire tu le portais bien, tu étais beaucoup trop gentille malgré tes grosse peur pour tout. Tu n’aimais pas voir les gens mal ou triste … Tu te devais toujours de t’approcher et de le réconforter, comme avec lui d’ailleurs. Tu ne sais pas pourquoi tu fais cela mais c’est ainsi … Mais dans le fond tu as toujours peur que cette scène se reproduise …

♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥

Tu te promenais tranquillement dans la rue, faisant les yeux de petit chien battus pour obtenir à manger, ou même des caresses des passants. Tu n’étais pas méchante pour deux rond … Juste une petite Inu en manque d’affection et de nourriture. Mais ce jour-là … Un homme te fis une proposition plutôt alléchante, tu serais loger, nourris et câliner en échange de quelque petit service, tu ne savais pas ce que le mot « louche » voulait dire jusqu’à ce jour-là … Il t’emmena alors chez lui en te tenant par la main, comme un maitre avec son hybride.

Arriver chez lui, l’homme te fis entrer dans son humble demeure, il vivait seul, la poussière règne dans tous les coins de cette vieille maison. L’homme ferma la porte et tu entendis distinctement le bruit de la clé dans la serrure qui indiquait la fermeture de la porte. Tu te tournes alors et le vois poser la clé hors de ton atteinte. Tu le regarde … Et alors que tu allais poser une simple question, l’homme te gifle, tellement fort que tu fini par tomber  par terre. Tu te tiens alors la joue et la … Le cauchemar commença …

♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥

L’homme te remercia alors du fond du cœur, et lui … ces expression était vrai, pas de mensonge, tu pouvais le lire dans ces yeux … Il était honnête et sincère avec toi. Tu souris alors quand il te demande ton prénom, tu avale alors la fin de ton taiyaki tout rond et répond avec le plus grand sourire possible aux lèvres :

« -Je m’appelle Isamu hihi enchante de vous connaitre monsieur. Pourquoi vous etes triste comme ça ? Vous savez la vie est faite pour sourire et rire, vivre comme si demain était votre dernier jour hihi »

Haha tu es comique petite Isamu, tu ne pouvais te retenir de faire la moral au gens qui ne souriais pas comme toi, mais dans le fond … Toi aussi tu n’es pas heureuse dans ta vie … Toi aussi tu n’as pas envie de sourire …

D’un coup … Une idée germa dans ta petite tête … Et si … Vous étiez heureux ensemble ? Il avait la tête d’un gentil papa après tout … Tu souris alors et te lève, rapprochant le sachet de taiyaki à cote de l’homme et viens devant lui, sans gêne tu sépares ces deux genoux et viens te caller la, entre ces jambes, tu passes tes petite mains derrière son dos pour le câliner et dit d’une jolie voix toute mignonne :

 « - Et si … vous deveniez mon papa ? »



Isamu chuchote en#996699



blblbl je suis une licorne:
 


Revenir en haut Aller en bas
avatar
♦ Messages : 27
♦ Âge : 34 ans
♦ Localisation : Qui sait...
♦ Humeur : Morose
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 1 Mar - 19:22
Je tourne la tête vers la jeune fille après avoir posé ma question. Je la regarde finir d’engloutir rapidement son taiyaki, avant de me faire un large sourire. Vu sa petite bouille mignonne, elle ne pourrait pas faire mieux pour m’offrir un sourire aussi radieux. Elle était vraiment craquante cette gamine, elle me mettait du baume au cœur.
Lorsqu’elle répond à ma question, je répète son prénom en silence. Isamu. C’était plutôt mignon. Je lui souris avec une pointe de tristesse à sa question et tire sur mes manches pour cacher les traces sur mes poignets. Mon dernier jour ? Je l’avais raté ça aussi... Je n’allais pas lui balancer ça à la pauvre gamine. C’est qu’elle me ferait la morale la petite... Je m’adosse au banc, et la regarde.


« Enchanté Isamu. Je m’appelle Takahiro. »

J’élude sa question sur la cause de mon mal être, je ne pense pas qu’elle ait besoin de savoir tout ce qui me prend la tête et, à son âge, mon expérience serait sans doute trop abstraite. Je hausse un sourcil en la voyant se lever pour rapprocher ses friandises à côté de moi. Je reste totalement désemparé lorsqu’elle me fait écarter un peu les genoux, mais n’oppose pas de résistance ne comprenant pas ce qu’elle faisait. Je la laisse faire lorsqu’elle se blottit contre moi et qu’elle passe ses petites mains dans mon dos pour me faire un câlin. Je ferme les yeux en la laissant faire, et frissonne en entendant sa voix.
Je l’attrape par les épaules et me recule un peu, complètement surpris par ses paroles. Je baisse mes yeux marron clair pour la regarder, restant sans voix. Je reste encore silencieux le temps de réaliser ce qu’elle me disait. Devenir son père ? Elle était seule à ce point pour demander ça à un homme qu’elle venait de rencontrer ? Pourtant, elle avait demandé ça d’une voix douce et mignonne. Elle ne demandait pas ça par pitié.
Mes yeux me piquent légèrement, et je commence à voir son visage flou. Je la prends dans mes bras un peu brusquement, mes mains passant autour de son petit corps pour venir se poser sur ses épaules, alors que je pose ma tête sur son épaule. Sans plus le cacher, je me mets à pleurer à nouveau.


« D’a… d’accord… »

C’est la seule chose que j’arrivais à prononcer sur l’instant. Un simple mot noyé dans mes larmes. J’étais seul au point d’accepter aussi rapidement son offre ? Oui… Mais elle venait de m’apporter quelque chose qu’on m’avait retiré, et que je ne pourrais plus avoir non plus : un enfant. Une de mes mains vient se perdre dans ses cheveux courts, lui caressant la tête alors que mes larmes coulent encore. A ce contact, je pouvais sentir plein de chose, et confirmer notamment qu’elle avait quasiment que la peau sur les os, et qu’elle devait vivre dans la rue. La situation des hybrides me révoltait, et un gosse comme elle en souffrait. Pourquoi ça ne m’est pas venu à l’esprit plus tôt ? Si je ne peux pas avoir d’enfant, avec ma situation, il y en avait qui étaient en difficulté. Et la petite Isamu en faisait partie. Sauf qu’il m’a fallu attendre de croiser un enfant en souffrance, et qui malgré ça s’est donné la peine de me remonter le moral et de me sourire alors que la vie n’avait pas dû être la plus tendre avec elle.
Je respire profondément, me calmant en lâchant doucement ma prise sur elle. J’essuie mes larmes avec ma veste et la regarde tristement, et lui caresse la tête avec tendresse.


« Tu me demandais pourquoi j’étais triste… Je suis incapable d’avoir un enfant, et de fonder une famille de mon sang… »

Je me calme, et essuie encore mes yeux humides en ayant un air fatigué, avant de lui sourire, alors que mes doigts viennent lui ébouriffer les cheveux avec douceur.

« Mais même sans lien de sang, on peut essayer de faire une famille heureuse tous les deux. »

C’était une décision sur un coup de tête. Décider d’adopter une fillette comme ça, ça ne me ressemblait pas du tout. Mais « ma » petite fille de six ans, son sourire innocent et radieux, et ses mimiques me manquaient vraiment. Je ne voulais pas que cette petite inu devienne un ersatz de « ma » fille, nous en souffririons plus qu’autre chose, elle comme moi. Non, je voulais apprendre à connaître cette enfant qui avait su me redonner le sourire avec un gâteau fourré au chocolat noisette, et qui méritait mieux que la rue. Et je voulais pouvoir dire fièrement « Voici ma fille » en la présentant, et non pas m’entendre dire « mon hybride » ou « mon esclave ». Je voulais vraiment de ce lien unique avec cette petite. Mais avec une rencontre aussi soudaine, les choses risquaient de ne pas être aisées… Je lui adresse un sourire doux.

« Avant de vouloir vraiment me considérer comme ton père… Tu veux bien que nous apprenions à nous connaître ? »
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kyuu No Kami :: ♦ Premiers Pas ♦ :: Corbeille. :: Archives des demandes.-
Sauter vers: